Keep Calm and déguste – partie III

Nous avons vu dans le précèdent post comment définir l’aspect visuel du vin. Nous allons maintenant nous concentrer sur l’odorat. Comment sentir le vin ? Vaste question, n’est-ce pas ? Intimidante pour certains alors que….

Alors que c’est peut-être la partie la plus ludique à condition :

  • De décomplexer totalement : vous avez un nez, vous l’utilisez régulièrement (rassurez-moi, vous l’utilisez ?), alors on se lâche, dites ce que vous sentez !
  • D’avoir créé une petite banque d’arômes dans votre mémoire. Et c’est encore mieux s’il y a quelques fleurs, quelques fruits, quelques arômes comme le chocolat, le café, le beurre, le pétrole… oui oui le pétrole (c’est utile pour définir un arôme que l’on retrouve dans les vieux Riesling !)

Alors, prêt ? Allez c’est parti.

Premier étape : arrangez-vous pour avoir les sinus dégagés. C’est bête mais c’est important : pas de nez pas d’odeur c’est aussi simple que ça !

Deuxième étape : sentez le vin dans le verre sans le remuer. C’est le premier nez.

Il doit permettre de définir l’intensité aromatique. Vous le savez : certains vins « sautent » au nez, d’autre moins. Et puis pour les plus connaisseurs, il peut permettre de juger si le vin présente certains défauts.

Troisième étape : remuez le vin dans le verre. Savoir remuer le vin dans le verre avec élégance s’acquière avec le temps 😉 Mais allez-y sans réfléchir et faite juste attention à votre robe ou à la chemise du voisin ! C’est le deuxième nez. L’oxygénation du vin lui apporte plus de complexité et plus de puissance. Le vin libère ses arômes en plus grande quantité et c’est maintenant que vous allez apprécier toute la richesse olfactive. Essayez (quand c’est possible bien sûr) de discerner plus de trois familles d’arômes. Fruits, fleurs, épices… regarder la roue des arômes ci-dessous cela vous aidera.

C’est un vrai jeu ! Une vraie petite enquête. Cela permet d’en savoir un peu plus sur le vin et ensuite de pouvoir s’en rappeler plus clairement.

roue_des_aromes

(source : http://www.dico-du-vin.com)

Avant-dernière étape, le troisième nez : une fois le verre fini, sentez le. Le temps a déjà fait son effet. Le nez est beaucoup plus concentré. Ce nez donne une indication sur la manière dont le vin peut vieillir, sur l’effet que le temps peut avoir sur lui. Sachez apprécier la noblesse de certains vins dans cette intensité.

Enfin, dernière étape, conclure :

En plus des familles (fleurs, fruits, minéralité…), il y a trois grandes catégories d’arômes :

  • Les arômes primaires sont ceux du raisin, du fruit. Ce sont souvent des arômes de fruits et de fleur (pomme, poire, agrume, fraise, cassis, fleur blanche…)
  • Les arômes secondaires sont ceux de la fermentation. Banane, beurre, brioche… Les levures, la température ont une influence sur le profil aromatique.
  • Les arômes tertiaires proviennent du processus de maturation du vin. Vanille, fumée, champignon, sous-bois, selon que le vin soit vieux, jeune, vieillit en fût de chêne…

Alors, respirez un grand coup et essayez de classer les arômes par famille et par catégorie. Encore une fois, faites le comme un jeu, une enquête. Vous apprécierez d’autant plus la richesse du vin que vous dégustez. Et ça c’est un plaisir infini…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *